7 secrets pour devenir un illustrateur rentable

Les 7 secrets pour travailler comme un véritable illustrateur professionnel (et rentable)

Il suffit parfois de changements mineurs dans vos habitudes, dans votre rythme de travail ou dans votre attitude pour faire une grande différence dans votre capacité à trouver plus de travail et être mieux payé. En lisant la suite, vous pourrez découvrir quelques conseils d’illustrateurs de classe mondiale.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que vous envisagiez de quitter votre emploi actuel et de faire cavalier seul, ou que vous soyez déjà un freelance chevronné, il est toujours bon de profiter de l’expérience d’autres illustrateurs pour vous inspirer. Après tout, il suffit parfois de changements relativement mineurs dans vos habitudes, dans votre rythme de travail ou simplement dans votre attitude pour pouvoir faire une grande différence dans votre capacité à trouver plus de travail et être mieux payé. Et qui ne voudrait pas de ça ?

Pour vous aider dans cette tâche, je vous propose une sélection d’astuces et de conseils d’illustrateurs indépendants à succès. En lisant la suite, vous pourrez découvrir quelques bons conseils d’illustrateurs de classe mondiale (Lars Madsen, Debi Pickler, Zach Meyer, Jeannie Hart, Michael Arnold…) pour booster votre carrière de freelance en 2021.

Trouver sa voie

1. Trouvez votre propre voie

Il y a beaucoup d’aspects organisationnels et financiers qui influent sur une carrière de freelance réussie ou non, et nous y reviendrons dans un instant. Mais à son niveau le plus fondamental, le succès d’un freelance dépend de la capacité de ce dernier à vendre un service qui ne peut être facilement reproduit par d’autres. Si malheureusement votre prestation est aisément reproductible par d’autres dessinateurs, vous vous retrouverez rapidement dans une course au prix le plus bas. Si vous jetez un rapide coup d’œil à des sites comme Fiverr, vous verrez de quelle course je parle. Il est donc essentiel de trouver et de développer votre propre style d’illustration. Cela vous aidera à vous démarquer et à exiger le type de tarifs pour lesquels vous souhaitez être payé.

David Deen, qui crée des illustrations pour des livres pour enfants, a passé sa carrière d’indépendant à développer un style personnel unique et le considère comme un atout gagnant. “Il est donc primordial que vous trouviez votre propre style de dessin, votre propre voie vers la créativité. L’idée est que votre travail soit quasiment unique, que personne ne puisse vous copier sans que cela ne demande énormément d’efforts. De ce fait, vous vous mettrez dans une certaine sécurité par rapport à vos concurrents.”

2. Vous devez savoir encaisser les coups durs

Savoir encaisser les coups durs

Aussi talentueux et unique que vous soyez, rien ne garantit que tout se passera correctement dans votre carrière. Vous devez donc apprendre à encaisser les coups durs que le destin mettra en travers de votre chemin et vous devez apprendre à prendre du recul sur les événements dès à présent. En effet, il y aura des moments où votre travail sera rejeté, il y aura des moments où le client ne comprendra pas votre vision, et il y aura des moments où vous serez à court de travail. Et ce n’est pas si grave !

J’ai appris au fil du temps que je devais combiner avec les hauts et les bas. Parfois, vous êtes occupé et parfois pas. Je garde un œil sur mes objectifs et ce que je représente et je ne me laisse pas guider par mon état émotionnel et mes peurs quand tout ne se passe pas selon mon plan.

Adam Niklewicz, qui se spécialise dans l’illustration d’entreprise, de couverture de livre et de site Web, est plutôt d’accord avec cette idée : “Il faut vous développer une tolérance importante à l’incertitude”. Dave Plunkert, dont les illustrations sont apparues dans des campagnes publicitaires pour des sociétés classées dans le Fortune 500, des journaux, des magazines et des maisons de disques, ajoute que : “Si une idée ou un concept n’est pas approuvé pour un projet spécifique, ce n’est pas la fin du monde ou un effort inutile. Cela fonctionnera très probablement pour autre chose”. En effet, nul besoin de vous tracasser l’esprit, cette maquette qui semble perdue vous aidera probablement dans un autre projet. Et quoiqu’il arrive, chaque création est une occasion pour vous d’entrainer votre art et votre pratique. 

3. Jouez sur le long terme

Travailler en tant qu’illustrateur indépendant peut être la carrière la plus gratifiante financièrement et créativement que vous puissiez avoir. C’est une belle combinaison qui n’est pas offerte à de nombreuses autres professions. Mais pour réussir, il faut du temps et il faut donc être prêt à travailler dur, de manière cohérente, sur plusieurs années.

Zach Meyer, dont les portraits détaillés et les ouvrages narratifs ont été publiés dans le monde entier, souligne l’importance de la persévérance. Beaucoup de jeunes artistes se découragent vite lorsqu’ils ne reçoivent pas de retours sur leurs créations. En effet, ils veulent des réactions plus immédiates sur leur travail. Mais sachez une chose, aucun artiste n’est découvert sans un travail acharné et de la persévérance. Il est important de créer vos propres opportunités et de partager votre travail avec ceux pour lesquels vous souhaitez travailler.

Zach Meyer explique : “Je me décourageais quand mes publications ne recevaient pas immédiatement de réponses, mais la persévérance a fini par payer sur le long terme. J’ai continué à créer de nouveaux travaux et à tendre la main aux personnes pour lesquelles je voulais travailler. Après environ 12 ans, je suis maintenant un illustrateur établi et reconnu.”

Attention, cela ne veut pas dire pour autant qu’un artiste reconnu peut se reposer sur ses lauriers. Même en tant qu’illustrateur établi avec un agent, un artiste doit constamment produire de nouvelles œuvres lorsqu’il a des temps d’arrêt. Il doit profiter de ces moments libres entre ses missions pour envoyer des promos et des publications, notamment à ses clients existants, pour continuer à obtenir du travail .

Michael Arnold, un concepteur et illustrateur qui travaille actuellement chez The Economist, exprime : “La persévérance est de loin la compétence la plus importante à acquérir”. Gardez à l’esprit que ce n’est jamais personnel lorsque vous perdez un briefing ou une demande de client. Par contre, pensez quand même à faire le suivi de ce travail perdu pour comprendre ce qui vous a manqué et les efforts que vous devrez fournir pour les prochaines fois.

4. Ne vous sous-vendez pas

L’une des choses les plus délicates lorsqu’on est un illustrateur indépendant est de définir vos prix. En effet, il n’y a pas de tarifs standards, vous devez donc les définir vous-même et surtout, vous devez déployer des efforts, de l’énergie et de l’enthousiasme pour que vos tarifs soient corrects et acceptés par le client.

Apprenez à négocier le bon prix

L’artiste, illustratrice et designer Jessica Hancock vous conseille ceci : “Faites vos recherches pour vous assurer que vos prix sont compétitifs, mais ne vous sentez pas obligé de vous aligner, ou pire, d’aller en-deçà de vos concurrents. Ainsi, n’ayez pas peur de dire non quand un client ou un prospect vous demande une remise, et soyez prêt à justifier votre position.”. Même si vous n’avez pas forcément besoin de vous justifier sur vos tarifs, cela ne regarde pas le client, il peut être toujours utile de pouvoir en parler avec un prospect, et avoir l’occasion de les faire accepter par ce dernier avec un échange modéré.

Le dessinateur Steve Delmonte vous suggère de considérer non seulement ce que vous devriez être payé, mais aussi ce que l’entreprise peut se permettre. “Commencez toujours par demander quel est le budget du client”. La plupart du temps, ce budget représente plus que ce que vous étiez prêt à demander, cela sera donc l’occasion d’augmenter un peu vos prétentions. Steve précise : “Pour ma part, je facture en fonction de l’utilisation de ma création, c’est-à-dire où sera-t-elle utilisée et dans quels supports.”

Scott Balmer, qui se spécialise dans l’illustration éditoriale et publicitaire, précise : “D’abord, je demande à mon client quelle est l’importance du budget. Parfois, vous obtenez une réponse et d’autres fois ils ne le vous disent pas. Ensuite, assurez-vous bien que le rythme de travail est juste pour vous et le client, du point de vue financier et du bien-être. En effet, vous ne devriez pas vous surcharger de travail pour respecter un délai court qui serait imposé par le client, ce dernier pensant parfois pouvoir réduire les coûts en réduisant les délais de création et en risquant par la même occasion de ne pas obtenir le meilleur résultat voulu.”

Il ne s’agit pas de “gagner” une négociation en tant que telle, mais d’atteindre un tarif qui vous rendra, vous et votre client, heureux. “Soyez honnête et juste”, conseille le grand artiste, designer et illustrateur Debi Pickler. “Tout le monde a besoin de sentir qu’il a gagné. Je fixe mes tarifs en prenant référence sur des emplois antérieurs, je parle à d’autres freelance et je cherche des tarifs standard sur Google pour des projets particuliers.”. Dans la même idée, assurez-vous que votre devis énonce tout ce que vous fournirez à votre client et ce que votre client recevra en retour. Faites-leur bien signer votre devis pour que chacun connaisse son rôle dans la transaction.

La communication excessive est préférable dans cette situation délicate.

Gardez à l’esprit que les éléments clés à considérer pour votre tarif ne sont pas seulement le temps qu’il vous a fallu pour créer la pièce, mais aussi la durée pendant laquelle le client a l’intention de l’utiliser et dans quel effet. Les frais et honoraires sont sur une échelle mobile, et malheureusement, vous ne pourrez obtenir une meilleure appréciation de qui peut se permettre quoi en faisant des erreurs. Dites-vous qu’il n’y a pas de mal à demander, et qu’il sera plus facile de négocier vos prix à la baisse plutôt que de les négocier à la hausse.

L’illustrateur et animateur Lars Madsen explique que : “Tout vaut ce que les gens sont prêts à payer”. “Mais je recommande d’avoir une référence pour connaître les prix du marché, certains guides existent”, à vous de les trouver selon votre langue. Le reste, vous l’apprendrez avec les années et l’expérience accumulée. Un petit indice, lorsque vous vous moquez un peu de vous-même quand vous voyez les frais que vous facturez, c’est que vous facturez probablement correctement ! Autre point important, pour certains, n’oubliez jamais que vous avez pratiqué toute votre vie pour développer vos compétences, cela vaut énormément !

5. Faites votre promotion

Si vous voulez qu’on vous offre plus de travail et être mieux rémunéré, vous devez constamment vous vendre et garder votre nom dans l’esprit des gens, car personne d’autre ne le fera pour vous. Attention, une approche aléatoire et dispersée ne vous mènera nulle part, vous devez organiser votre communication. Vous devez avoir de la cohérence, suivre un calendrier éditorial peut vous aider pour ça lorsque vous êtes pressé de trouver du contenu. Il est également avantageux de disposer des bons outils selon les canaux de communication avec lesquels vous souhaitez travailler. Sans outils pour trouver les bons hashtags ou les meilleurs moments pour toucher vos abonnés, votre croissance risque d’être lente.

Vous devez avoir de la cohérence dans vos publications, dans vos e-mails, et plus globalement dans tous les messages que vous enverrez. Rappelez-vous que vous êtes une entreprise et vous devez avoir une image de marque claire. Faites donc de votre mieux pour vous présenter de manière cohérente et professionnelle.

Soyez vous-même !

Faites votre propre promotion

La bonne manière de faire c’est de prendre le temps de créer une présence cohérente sur le Web – votre site Web, Instagram, Facebook, Twitter, YouTube – puis rejoignez des groupes et des forums et dirigez ses membres vers votre contenu. Profitez des sites de portfolio d’art gratuits. Rejoignez des organisations artistiques professionnelles. Impliquez-vous dans votre scène artistique locale, et si vous pouvez vous le permettre, achetez des services réputés tels que Artalistic et Kazoart.

David Plunkert partage son expérience : “Je participe à des émissions, je fais des interviews de podcast quand on me le demande et je publie de nouveaux travaux sur Instagram, LinkedIn et Twitter. Je gère des portfolios en ligne sur directoryofillustration.com et une poignée d’autres.”

Et si vous êtes à court d’idées, volez-les ! Découvrez ce que font d’autres illustrateurs avec vos compétences. Imitez leurs stratégies et faites-le mieux ! Soyez fier d’être illustrateur. Parlez de ce que vous faites. Prenez des projets qui mettent en valeur vos points forts. N’acceptez pas toujours les projets “bon marché ou sans rémunération”. Les autres professionnels ne donnent pas leurs services. Vous ne devriez pas non plus.

Vous pouvez trouver des clients en allant dans les librairies et en lisant des journaux, ou en allant sur Instagram pour voir avec qui travaillent certains de vos illustrateurs préférés. Souvent, les directeurs artistiques sont nommés dans les messages. Des sites comme 99Design sont des moyens de trouver des entreprises qui utilisent l’illustration.

Une fois que votre liste de prospects est faite, essayez différentes formes de communication : cartes postales, livres, courriels et revues de portfolio, et voyez ce qui fonctionne le mieux pour vous. Faites toujours quelque chose de personnalisé pour que votre client se sente particulier et approchez-le comme si vous développiez une véritable amitié.

La promotion par e-mail fonctionne également mieux si elle est personnelle. Créez un objet créatif et présentez-vous en fournissant un lien vers votre site Web. Les e-mails vagues seront perdus et ne seront pas ouverts.

6. Combattre les blocages créatifs

Respecter les délais et plaire aux clients signifie utiliser votre temps de la manière la plus productive possible. Mais que pouvez-vous faire lorsque vous vous retrouvez à regarder dans l’abîme, la tête vide d’idées ?

Jeannie Hart partage : “Lorsque je rencontre un blocage créatif, je passe du dessin à l’écriture. J’écris les points clés du brief, puis je dessine une carte mentale autour de ces points jusqu’à ce que la foudre frappe.”

Scott Balmer adopte une approche différente : “Cela peut sembler contre-intuitif, mais s’arrêter et faire autre chose fonctionne bien. Je trouve que forcer quelque chose à fonctionner aboutit rarement à votre meilleur travail.”

“Ma meilleure astuce pour surmonter un blocage créatif est de dessiner mes idées au fur et à mesure qu’elles arrivent, même si une idée semble mauvaise”, raconte Zach Meyer. “En esquissant une idée, vous libérez votre cerveau pour plus d’autres idées.”

Si vous voulez creuser sur ce sujet de la créativité, je vous invite à lire mon autre article sur le sujet : Comment devenir créatif à la demande avec 9 astuces d’artistes reconnus ?

7. Traitez l’illustration comme une vraie entreprise

Cela ne devrait pas vraiment avoir besoin d’être précisé, mais il est essentiel que vous traitiez votre profession comme une entreprise dès le premier jour. C’est incroyable de se dire qu’il y a des gens qui pensent que ce que vous faites est plus un passe-temps et pensent donc que vous travaillerez pour eux à rabais ou pour rien du tout. Bien sûr, cela peut être formidable que vous dessiniez pour gagner votre vie, mais si vous ne pouvez pas créer des œuvres d’art basées sur des choses qui ne vous intéressent pas, vous aurez du mal à faire de votre mieux.

Être indépendant signifie consacrer beaucoup d’efforts à toutes les tâches administratives et organisationnelles de la gestion d’une entreprise, ce qui n’est peut-être pas amusant en soi, mais vous permettra de vous maintenir financièrement. Prenez le temps de tout suivre ! Cela comprend les contacts, les dépenses, les reçus, le planning, etc. Ce n’est pas excitant, mais c’est important, surtout si vous voulez faire évoluer votre entreprise et croître de la manière la plus efficace et la plus rentable possible.

Assurez-vous de disposer de suffisamment de réserves financières pour faire face à des périodes de ralentissement, aux changements de dernière minute par le client et à devoir attendre longtemps pour le paiement. S’adapter pour ne pas avoir ce chèque de paie mensuel demande de s’y habituer.

Être orienté “business” signifie également faire tout ce que vous pouvez, dans des limites raisonnables, pour plaire aux clients. Soyez humble, mais confiant. Souriez ! Votre client vous embauche parce que vous êtes l’expert. Alors faites de votre mieux. Et amusez-vous ! Cela dit, ne vous mariez jamais à vos projets. Pourquoi ? Si votre client veut un point vert fluo avec des éclats d’étoiles sur cette illustration super cool que vous venez de créer, cela ne devrait pas vous déranger. Faites-le avec un sourire.

Après tous ces conseils, c’est à vous de jouer et surtout n’abandonnez jamais votre rêve et continuez de poursuivre vos objectifs d’indépendance et de liberté.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *